Géologie et patrimoine géologique

Les faluns du Quiou

Le département des Côtes-d’Armor possède une grande géodiversité qui permet d'appréhender et d'illustrer la quasi-totalité de l'histoire géologique régionale depuis l’Icartien (les plus vieilles roches relevées sur le territoire national - 2 MMa - ) jusqu’à l’Holocène actuel (Quaternaire). Notre région est essentiellement constituée d'un socle ancien et d'une couverture sédimentaire qui s'est déposée en grande partie à l'ère primaire au cours de plusieurs invasions marines. Trois chaînes de montagnes s'y sont succédées, la première s'étant formée il y a deux milliards d'années (période icartienne).

Plusieurs secteurs présentent un intérêt géologique remarquable (à l’échelle régionale voire nationale), en particulier :

  • le Trégor-Goëlo, avec son socle précambrien (antérieure à l'ère primaire), témoin des chaînes de montagnes icartienne (2 MMa) et cadomienne (650 Ma), et le complexe granitique hercynien de Ploumanac’h (300 Ma). Avec également le sillon de Talbert, remarquable et plus grande flèche littorale à pointe libre de Bretagne.
  • La Baie de Saint-Brieuc : locus typicus du Pentenvrien (épisode magamatique vers 750 Ma), site de référence du Briovérien inférieur (poudingue de Cesson ; env. 600 Ma) et les falaises de limons quaternaires (ex : site de l'Hôtellerie à Hillion)
  • La pointe de la Heussaye avec ses Pillow lava (roches volcaniques sous marines), le cap d’Erquy et le cap Fréhel (grés de la série rouge ordovicienne, 400 Ma)
  • La "mer" des faluns (Pays d’Evran), dépôts marins calcaires tertiaires uniques en Bretagne.
  • Le Nord Est du département entre Saint-Jacut de la mer, Plouer-sur-Rance et Dinan est le domaine des migmatites de Saint-Malo, en lien avec objets géologiques remarquables situés en en Ille-et-Vilaine.

Au sein de ces ensembles et en terme d'enjeux de conservation, plusieurs secteurs méritent une attention toute particulière. En effet, si les actions de protection (foncières ou réglementaires) sont actuellement engagées sont sur un certain nombre de géotopes majeurs (réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert, réserve naturelle nationale de la Baie de St Brieuc, sites classés du Trégor), d'autres sites justifient des actions conservatoires pour leur intérêt régional ou départemental, voire national, notamment sur :

  • Le massif granitique de Ploumanac'
  • Les sites des faluns du Quiou (non acquis ou gérées par les collectivités)

A l'échelle du département, des enjeux en terme d'amélioration de la connaissance patrimoniale et de valorisation se dégagent, avec d’une part la poursuivre de l'inventaire des sites géologiques et d’autre part la précision de l’intérêt géologique éventuel des ENSD. Ce travail permettra de décliner ultérieurement une stratégie d'action site par site efficiente.

En dernier lieu, des enjeux en terme de valorisation pédagogique sont également à prendre en compte. Un des thèmes majeurs qui pourrait être développé (animations estivales, programme pédagogique des maisons nature) concerne la géologie et l’origine des paysages car l’histoire géologique structure les reliefs et « l'architecture » nos paysages. Sur les ENS, cette approche de valorisation pédagogique pourrait porter en particulier portée sur :

  • La pointe de Guilben à Paimpol (consulter le document)
  • La vallée des Traouiero (consulter le document)
  • Les faluns du Quiou
  • Les falaises de Trédrez
  • La pointe de la Heussaye à Erquy (consulter le document)
  • Le cordon de galets de la Ville Berneuf à Pleneuf Val André
  • La vallée et chaos de Toulgoulic à Lanrivain
  • Les crêtes de Plussulien (site archéologique de Quelfenec)
  • Les falaises du Hogolo à Plestin les grèves
  • La carrière de Kerléo à Trébeurden (consulter le document)

Télécharger la synthèse au format PDF