Habitats naturels et flore vasculaire

Les gorges du Toulgoulic - crédit : T. Jeandot

D'après l'atlas floristique des Côtes d'Armor, 1520 plantes vasculaires ont été dénombrées sur le Département. Cette richesse spécifique, en comparaison avec les autres départements bretons reste dans la moyenne comprise entre 1480 pour l'Ille et Vilaine et 1694 espèces pour le Morbihan (le plus riche). La richesse spécifique par maille (10 X 10 km) est comprise entre 400 et 450 espèces et les cartes de répartition montrent clairement le contraste entre les régions côtières (possédant le plus de taxons) et l'intérieur du département, aussi bien pour le nombre total d'espèces que pour le nombre de plantes rares, en régression ou protégées. On notera cependant que le Centre Bretagne abrite des espèces spécifiques (mais numériquement peu nombreuses) à certains milieux naturels à très forte valeur patrimoniale (landes et tourbières), pas ou peu présentes sur le littoral.

Notons qu'à l'échelle régionale, le littoral Est (de St Brieuc à Dinan) constitue un espace côtier des plus remarquable (avec toute la côte morbihannaise, la région Sud de Rennes, la pointe Sud de la baie d'Audierne et la presqu’île de Crozon).

Concernant les habitats de végétation, aucune liste définitive d'habitats d'intérêt régional n'est pour le moment établie et validée par le CBNB. Il est cependant possible de distinguer, en l'état des connaissances 20 milieux remarquables d'intérêt départemental, régional ou national (CBNB ???)Cf. Annexe…

Les habitats de cordons de galets (sur le littoral) et les ensembles de bas marais acides (prairies humides "pauvres en éléments nutritifs" sur l'intérieur) constituent une spécificité du territoire départemental avec un fort niveau de responsabilité du département en matière de conservation pour les habitats de végétation à l'échelle régionale. 

En terme de secteurs d'intérêt remarquable en espèces végétales (richesse totale et espèces remarquables) et milieux naturels, plusieurs ensembles se démarquent :

Sur l'intérieur :

  • La basse vallée de la Rance avec le bassin des faluns du Quiou
  • Le secteur de Dinan (Rance et site de la Roberdie à Taden)
  • La région de Lamballe (landes de la Poterie)
  • Le secteur de Boquého
  • Le massif granitique de Quintin  et les contreforts des Monts d'Arrée
  • La partie costarmoricaine des Montagnes noire

Sur le littoral :

 

  • La baie de St Brieuc
  • Le secteur d'Erquy Fréhel
  • La baie de l'Arguenon
  • La Rance, en particulier sur sa partie avale
  • Le secteur de Plougrescant- Pleubian
  • Le secteur de Pleumeur Bodou – Trébeurden


En terme d'enjeu de conservation, les milieux littoraux sont mis en avant. Si les actions de protection (foncières ou réglementaires) sont sur bon nombre de sites engagées, il convient de porter une attention particulière à la gestion qui doit être compatible avec une forte fréquentation du public et des activités nombreuses sur ces espaces.
Sur les milieux intérieurs, l'accent est mis sur le maintien d'activités de gestion notamment agri-environnementales pour maintenir des habitats de végétation dans un bon état de conservation. Le lien avec les activités agricoles et les exploitants agricoles est évident pour la pérennisation de la gestion nécessaire à leur conservation.

Enjeux de connaissance

 

  • Conforter et actualiser la connaissance sur les sites naturels remarquables peu ou mal connus ; expertises (cartographie de végétation, inventaires des habitats et espèces végétales remarquables) sur les sites anciennement inventoriés, présentant une dynamique d'évolution rapide, ou des menaces d'altération ou de destruction majeures.
  • S'engager dans le projet de cartographie systématique des milieux naturels à l'échelle du territoire régional, en intégrant de manière cohérente les inventaires de territoires réalisés par le Département (Rance, Méné, CCKB)
  • Définir des plans d'actions stratégiques pour la conservation des espèces végétales les plus menacées sur le territoire départemental.
  • Poursuivre les suivis des stations d'espèces les plus remarquables et les plus menacées.
  • Poursuivre l'effort d'acquisition des connaissances (toutes espèces végétales confondues), en particulier sur les communes peu ou pas prospectées par le réseau de botanistes du CBNB. Cette amélioration de la connaissance permettra notamment à terme de porter une analyse objective sur l'ensemble du département sur les communes à très forts enjeux de conservation floristique.

Télécharger la synthèse au format PDF