Mammifères

La loutre d'Europe (Extrait d ela vidéo Le Tour de France de la biodiversité - La loutre d'Europe)

D'après l'atlas des mammifères de Bretagne en cours de rédaction par le Groupe Mammalogique Breton, les Côtes d'Armor comptent 57 espèces de mammifères sur les 62 présentes sur le territoire régional. Vingt trois espèces sur les vingt huit considérées comme patrimoniales (espèces déterminantes pour la création des Znieff) sont présentes dans le département.

Parmi celles-ci, des micromammifères (Crossope aquatique, Crocidures leucode et des jardins), des Chauves souris (Grands et Petits Rhinolophes, la Grande noctule, la Noctule de leisler, le Grand murin et le Murin d'Alcathoé) et des mammifères semi aquatiques (Loutre d'Europe).

D'autres méritent également une attention particulière et sont considérées comme remarquables pour la région ou caractéristiques de milieux naturels en bon état de conservation. Nous pouvons citer à titre d'exemple la Barbastelle, le Murin de Bechstein (chauves souris) et le Campagnol amphibie, la Loutre ou le Putois. Ces espèces sont au nombre de 25 dans le département sur les 29 que comptent le région.

Au vu des effectifs ou de la distribution des espèces sur le territoire départemental, les Côtes d'Armor porte une responsabilité majeure à l'échelle régionale pour :

  • La Loutre où le département constitue un bastion national (avec le Finistère) en terme de noyau de population. A ce titre, les Côtes d'Armor sont occupés à plus des 2/3 du territoire et la colonisation progresse encore actuellement, notamment à l'Est.
  • Le Petit Rhinolophe, le Murin à oreilles échancrées et le Grand Rhinolophe avec plus de 5 % de l'effectif national tant en gîte d'hibernation que de reproduction.
  • Le Muscardin où près du tiers des données bretonnes sont localisées sur le département.

Les habitats remarquables en particulier pour les mammifères présentant un enjeu de conservation sont les secteurs forestiers avec des îlots de vieilles futaies feuillues et un maillage bocager bien conservé en périphérie, les ensembles de prairies naturelles, de landes et tourbières étendues (têtes de bassins versants), le bâti et les souterrains (non soumis à dérangement) pour les gîtes de reproduction et d'hivernage des chauves souris.

Plusieurs secteurs à forts enjeux de conservation sont présents sur le territoire.

Sur l'intérieur du Département :

  • Les grands ensembles forestiers des forêts de Lorge, de Loudéac et de Quénécan, en particulier pour les Chauves souris forestières (Barbastelle, Murin de Bechstein, Murin de Natterer et d'Alcathoé)
  • Le massif granitique de Quintin, les contreforts des Monts d'Arrée où convergent les têtes de bassins versants du Léguer, de l'Hyères, du Blavet et du Trieux. Ces zones sont stratégiques pour la Loutre et présentent encore un bocage bien conservé avec de nombreux milieux favorables aux espèces semi aquatiques (Crossope, Campagnol amphibie)
  • L'ensemble naturel rattaché au complexe des Montagnes Noires (Rostrenen, Glomel)
  • L'arc forestier compris entre le massif de Beffou, Coat an Noz, Avaugour Bois Meur, Coat Liou, Malaunay et Keraufret
  • Le secteur du Méné (Langourla, St Vran), notamment pour les Chauves souris (Grand Murin & Petit rhinolophe en particulier), la Loutre et le Muscardin
  • Les vallées du Douron, du Yar et du Rozambo et Roscoat) pour l'importance des populations chauves souris prioritaires (Grand et Petit rhinolophe) et les mammifères semi aquatiques.
  • Le cap Fréhel, notamment pour le Grand Rhinolophe

Sur le littoral, 3 secteurs se dégagent plus particulièrement, notamment par la présence de gîtes pour les chauves souris :

  • La côte de Granit rose et la baie de Perros guirrec (Grand rhinolophe)
  • La Côte de Goëlo de Trémuson à Plouha (Grand et Petit rhinolophe)
  • L'estuaire de la Rance (Murin à oreilles échancrées et Grand murin et Grand rhinolophe)

 Télécharger la synthèse (PDF)

Télécharger la synthèse de l'observatoire des chauves-souris de Bretagne (PDF)