Mandature 2016-2021 : Alain Cadec expose ses priorités politiques

Publié le 22.01.2016
Vendredi 22 janvier, Alain Cadec, président du Département, a présenté devant les agents ses priorités politiques pour la mandature 2016-2021 ainsi que ses orientations concernant l’organisation de l’administration départementale.

A l’issue de son allocution à destination des agents, Alain Cadec, accompagné de l’ensemble des vice-présidents de la collectivité, a répondu aux questions de la presse.

Refondation des politiques autour des compétences phares du département, maintien de l’investissement et engagement à ne pas augmenter les impôts ont été au cœur de son discours.
« Deux possibilités : ou nous baissons les bras ou nous relevons le défi pour sauver la collectivité départementale ». Pour Alain Cadec, l’équation est claire. Le responsable de l’exécutif départemental a ainsi rappelé la nécessité d’économiser quelque 100 M€ sur l’ensemble du mandat, dont 16 M€ pour la seule année 2016. Le tout en maintenant, « voire en augmentant l’investissement », sans hausse d’impôts.
Aussi, considérant les contraintes financières qui pèsent aujourd’hui sur les départements, la majorité départementale a choisi, dans le cadre de la loi NOTRe, de refonder ses politiques autour des compétences phares du Département. Ce qui se traduit par l’abandon des compétences liées à la déserte des îles, aux déchets, aux transports et au développement économique. La compétence portuaire, « très importante dans un département maritime », selon Alain Cadec, pourrait quant à elle être conservée, après examen de la candidature du Département d’ici au mois de mars.
Concrètement, la politique de la mandature 2016-2021 s’articulera autour de quatre grandes thématiques. La solidarité territoriale en fait partie à travers notamment les contrats de territoires, par lesquels le Conseil départemental contractualise avec les EPCI et les communes pour financer des équipements structurants. « Pour la période 2016-2021, cela représente un engagement de 60 M€ », a tenu à souligner Alain Cadec, rappelant que s’il est bien une collectivité qui incarne la solidarité territoriale, c’est le Département.
Autre priorité : les infrastructures et le patrimoine départemental. « Pas de plan Marshall, a toutefois expliqué le président, car nous disposons en Côtes d’Armor d’infrastructures correctes et suffisantes. L’action du Département doit d’abord se concentrer sur le maintien et la modernisation de nos infrastructures routières, portuaires et hydrauliques ».

« Les difficultés sont une opportunité de nous réinventer »

Troisième thématique forte du mandat : la qualité de vie. Une expression qui regroupe tout autant la politique sportive - envisagée comme un vecteur d’animation territoriale - que le patrimoine naturel du département et la politique culturelle. En matière de sport, Alain Cadec a annoncé vouloir plus d’événements sportifs de grande envergure. « Pour cela, nous développerons une offre de service en matière d’équipements sportifs structurants et nous soutiendrons le sport fédéral en l’orientant au profit des territoires ruraux ». Au chapitre culturel, il a par ailleurs expliqué vouloir mettre en lumière la Villa Rohannec’h, propriété du Conseil départemental : « Ce bijou costarmoricain, niché au cœur de la ville préfecture, deviendra le phare de notre politique culturelle et densifiera la programmation artistique du Département ».
Dernière priorité et non des moindres : la cohésion sociale, pour laquelle le Département a vu son rôle de chef de file conforté par la loi NOTRe. « Repenser nos politiques de solidarité, c’est se mettre à la place de l’usager, a résumé Alain Cadec. Nous devons réussir à construire un parcours simplifié où l’usager est responsabilisé. Cette responsabilité incombe aussi à nos partenaires (…) Ce pôle des solidarités est l’articulation majeure de notre collectivité. C’est pour cette raison que j’ai annoncé, lors de la session de novembre dernier, la création d’un groupe de travail portant sur la réforme des politiques sociales. Fin février, je livrerai la feuille de route de cette réforme ».
La réorganisation de l’administration départementale passera quant à elle par l’instauration d’un nouveau cadre de travail grâce à une réforme de la fonction ressources humaines. Entres autres objectifs : passer de 1543 heures annuelles de travail à 1607 heures, « parce que c’est une responsabilité légale, managériale, financière et morale », ou encore redéfinir la politique de mobilité, afin d’offrir aux agents plus de possibilités d’évolution. Puis Alain Cadec de conclure : « Les difficultés auxquelles les collectivités territoriales sont confrontées sont une chance et une opportunité de nous réinventer. Sachez que je ne veux pas seulement sauver notre collectivité ; je veux faire du Département des Côtes d’Armor une référence, un exemple pour l’ensemble des Départements de France ».

LLB

Votre évaluation est en cours de soumission...
Evaluation: 3.4 sur 5 - 5 vote(s).
Cliquez sur une étoile pour évaluer.
Pas de commentaire
Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire





Laissez ce champ vide: