Actualités

Des cours d'eaux de qualité : une priorité

Publié le 04.10.2017
La qualité des cours d'eau : une priorité collectivement partagée, à laquelle le Département contribue à son niveau, aux côtés des collectivités et partenaires. Lors de la dernière commission permanente, il a consacré une enveloppe de 133 926€ pour la gestion des milieux aquatiques.

Photo : Thierry Jeandot

Menée depuis des années, la politique de gestion aquatique du Département poursuit un objectif clair : contribuer à assurer la continuité écologique des cours d'eau et de ses habitats. L'intervention du Département s'inscrit au travers d'un partenariat financier avec l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne et la Région Bretagne, dans le cadre d'un guichet unique piloté par le Département des Côtes d'Armor.

Des kilomètres de cours d'eau à restaurer
En France, des milliers de kilomètres de cours d'eau ont été fortement altérés par des interventions humaines : chenalisations excessives, extractions de matériaux, implantations de barrages et de seuils, déplacement de cours d'eau... Or, les caractéristiques hydromorphologiques des cours d'eau conditionnent l'état et le fonctionnement écologique des milieux aquatiques. C'est pourquoi, on l'aura compris, la restauration physique des cours d'eau est une priorité. Assurés en maîtrise d'oeuvre par les AAPPMA (associations agréées de pêche et de protection des milieux aquatiques) des territoires, les communautés de communes ou les syndicats mixtes, les travaux de restauration peuvent être de plusieurs nature: recréation de cours d'eau ou de ripisylves, mise en place de bancs alluviaux alternés, élimination de berges existantes... Pour ces travaux, le Département intervient à hauteur de 20 % du montant des dépenses.

Entretenir les ripisylves, ces forêts riveraines si précieuses
La ripisylve, ou forêt riveraine, est l'ensemble des formations boisées, buissonnantes et herbacées présentes sur les rives d'un cours d'eau. Les ripisylves jouent un rôle écologique important : elles offrent des habitats naturel spécifiques, forment des corridors biologiques pour le déplacement de nombreuses espèces, et jouent pour ces raisons un rôle majeur pour le maintien de la biodiversité. Leur rôle économique n'est pas non plus négligeable, citons notamment le développement du bois énergie, ou encore les bénéfices que peuvent tirer les activités de loisirs (pêche, randonnée...).

Recépages, plantations... Des travaux co-financés par le Département
Afin de réhabiliter une ripisylve vieillissante ou non entretenue, plusieurs méthodes sont employées, parmi lesquelles le recépage (coupe des arbres et arbustes, opération permettant de rajeunir la ripisylve et de favoriser le développement racinaire), ou la plantation.
Le Département co-finance ces travaux, assurés en maîtrise d'oeuvre le plus souvent par les communautés de communes, à hauteur de 30 % du montant des dépenses.

Stéphanie Prémel

Votre évaluation est en cours de soumission...
Encore aucune évaluation. Donnez la première!
Cliquez sur une étoile pour évaluer.