L'enfance en danger

Signaler un enfant en danger : un devoir.
Enfance en danger

Enfance en danger

La loi du 10 juillet 1989 donne au Département la mission de protéger l'enfance maltraitée. Les autorités administratives dépendent du Président du Département lequel est représenté par l'Aide Sociale à l'Enfance et les services sociaux des collèges, des lycées, des mairies… Toute personne qui constate ou présume de mauvais traitements sur des enfants se doit de le signaler à l'autorité administrative ou judiciaire compétente. C'est non seulement un devoir moral mais également une obligation légale.

Qui est concerné ?

Les enfants ou adolescents victimes de mauvais traitements, d'abus sexuels, de négligences lourdes ou de cruauté mentale.

Qui contacter ?

Si vous constatez qu'un mineur est en danger ou en risque de danger, vous pouvez téléphoner au 119 (24/24 heures)

Le 119 - Allô Enfance en danger
Ce service public et gratuit est accessible 24/24 heures tous les jours de l'année. Il propose conseil, information, orientation et transmet au Département, lorsque la situation le nécessite, les informations recueillies sur un enfant en danger. 

La CRIP22 (Cellule de recueil des informations préoccupantes) des Côtes d'Armor au 0 810 11 22 11 (aux heures ouvrables) et envoyer un courrier précisant vos observations avec les coordonnées précises de ou des enfants concernés (Nom et adresse).

Si vous êtes un professionnel de santé, télécharger le modèle de formulaire à adresser à la CRIP22 :

Jouer pour mieux comprendre

Les aventures de Bibo font, par le jeu théâtral, apprendre et comprendre aux enfants les situations à risques auxquelles ils peuvent être confrontés. Ils font l'expérience, en confiance, des réactions "à avoir". Travailleurs sociaux, enseignants, encadrants et parents se retrouvent autour d'un outil de prévention fondé sur le dialogue et l'échange. Un bon moyen d'aborder l'inabordable…

Où ?

Dans les écoles primaires. 

Pour qui ?

Les enfants de 6 à 11 ans, scolarisés du CE1 au CM2. Pourquoi ? Pour aborder dans le cadre d'une action de prévention, les problèmes liés à la maltraitance, les abus corporels et les violences sexuelles. L'enfant est mis en situation, sans danger. Il peut ainsi expérimenter, comprendre les multiples réactions que l'on peut avoir face à ce genre de situation et en conserver la mémoire émotionnelle. 

Comment ?

Par le biais du théâtre-forum. Cette technique réunit un groupe de personnes concernées par un thème. Elles élaborent, avec l'aide d'un formateur - metteur en scène, un scénario qui représente des situations auxquelles elles sont confrontées. Les scènes sont jouées une première fois. La deuxième fois, le meneur de jeu invite les spectateurs à intervenir. Chacun des spectateurs peut arrêter le "jeu" et jouer sa proposition pour tenter de transformer la situation initiale. 

Par qui ?

Les professionnels de l'action sociale du Département formés à cette technique. Chaque séance est préparée avec l'équipe d'enseignants, d'encadrants et de parents.

La protection en chiffres

En 2014, 1370 enfants étaient accueillis en placement.
Stabilité sur la période 2008-2014 du schéma départemental enfance famille. Le nombre d'enfants accompagnés en AEMO variant entre 1350 et 1650, et les enfants placés variant entre 1400 et 1500.

Les assistants familiaux
La forte proportion d'assistants familiaux est une spécificité du département. En effet, 75 % des enfants placés sont en placement familial. Soit 1100 enfants pour 590 assistants familiaux.

Lire l'article de Côtes d'Armor Magazine - janvier 2015, page 27