À l’heure où la loi NOTRe a redistribué les compétences entre collectivités et où la carte administrative des Côtes d’Armor vient d’être redessinée, le Département impulse, à l’échelle de son territoire, une réflexion autour de l’action publique en faveur des arts et de la culture.
Ainsi, les États généraux des politiques culturelles se veulent une démarche de dialogue et de concertation envers les collectivités et les acteurs culturels pour réfléchir et mettre en oeuvre une action culturelle dynamique et ambitieuse sur les territoires.

Les politiques culturelles sont à un nouveau tournant de leur histoire.
En effet, notre devoir respectif de bonne gestion nous conduit indubitablement à renforcer et repenser notre engagement commun pour la culture.
Le Département des Côtes d’Armor a récemment marqué son volontarisme en “sanctuarisant” le budget consacré à cette compétence.
À vos côtés, nous voulons désormais initier une nouvelle démarche partenariale pour donner une plus grande visibilité, sur le long terme, à tous les acteurs du secteur. Jusqu’à présent, nous oeuvrions ainsi souvent avec des objectifs convergents mais des contraintes spécifiques qui rendaient une approche globale difficile.
Dans une logique d’équité entre l’ensemble des territoires costarmoricains, en concertation, nous désirons donc définir une feuille de route partagée pour les années à venir.
Grâce à ce cap fixé, nous pourrons ensuite plus facilement permettre à nos collectivités, à nos associations, de se projeter en matière de financements et de soutiens. Il sera dès lors plus simple de développer des projets culturels forts et de nous focaliser sur la qualité des prestations offertes au public.
En organisant les États généraux des politiques cultu relles, nous nous saisissons de ces questions en réunissant les collectivités autour d’un même sujet : les politiques culturelles de demain sur les territoires costarmoricains.
Ces États généraux impulseront une dynamique commune en réinterrogeant les objectifs de chacun.
C’est à nous, collectivités et établissements publics de coopération intercommunale, de commencer l’écriture d’un nouveau chapitre, d’une nouvelle démarche de proximité où la culture crée aussi du lien avec les autres politiques publiques, en particulier le social, mais aussi l’éducation, la jeunesse et l’environnement.

Président du Département des Côtes d'Armor
Député européen