Culture

La Roche-Jagu. Une expo à l'âme musicale

Publié le 6 septembre 2022
Visuel de l'exposition.
Du 7 mai au 2 octobre, le domaine départemental de la Roche-Jagu, à Ploëzal, propose un cabinet de curiosités du XXIe siècle. Cette "Anima (ex) musica" a été imaginée par le collectif d'artistes Tout reste à faire. Une exposition originale, à la croisée des mondes artistique et scientifique, plat de résistance d'une saison estivale foisonnante.
Corps

Les artisans de la saison à la Roche-Jagu étaient au rendez-vous de la présentation à la presse le 1er avril, à commencer par Patrice Kervaon, le vice-président du Département délégué à la culture et aux cultures de Bretagne et Philippe Huet, le responsable du domaine.

La Roche-Jagu ouvre ses portes au bestiaire utopique des artistes de Tout reste à faire, un collectif associant Mathieu Desailly (designer, graphiste), Vincent Gadras (scénographe, constructeur) et David Chalmin (compositeur, producteur).
Le trio présente ses 13 impressionnantes sculptures d'insectes animées et sonores, réalisées à partir d'instruments de musique hors d'usage auxquels les artistes offrent une seconde vie. Les créations, qui se déploient dans les vastes espaces du château, murmurent et chantent générant un discret bruit de fond qui peut s’apparenter à la rumeur d'une forêt ou d'une jungle.
Le cabinet d'entomologie est la partie de l'exposition la plus directement pédagogique et vise à sensibiliser à la richesse du monde des insectes, à leur mode de vie, à leur importance, à travers une approche scientifique.

Patrice Kervaon, vice-président, entre Mathieu Desailly et Vincent Gadras, deux artistes du collectif Tout reste à faire (@ Patrice Delorme).
Patrice Kervaon, vice-président, entre Mathieu Desailly et Vincent Gadras, deux artistes du collectif Tout reste à faire (@ Patrice Delorme).

Observation d'insectes à la loupe

Corps

Des panneaux et de nombreux spécimens répartis dans une vingtaine de boîtes du Muséum national d’histoire naturelle initient à la classification des insectes, tandis qu’un mini-laboratoire invite le public à observer des insectes à la loupe binoculaire. Ver à soie et hanneton en papier mâché qui étaient utilisés au début du XXe siècle comme matériel pédagogique, boîtes d'insectes sous verres, gravures anciennes, microscopes, etc. composent l’univers de ce cabinet à travers des collections de l’Université Rennes I et de Deyrolle.

En parallèle, l’exposition présente trois installations plastiques et sonores qui entrent en interaction avec les créatures de ce bestiaire imaginaire : Cornet à vent, Sphère de percussions et Forêt de cordes utilisent des instruments de musique pour évoquer les éléments naturels (l'air, le bois, la terre).

Visuel de l'exposition.

Une nouvelle créature élaborée en direct

Corps

En outre, deux thématiques développées grâce à des collections patrimoniales résonnent avec le bestiaire d’Anima (ex) musica : l’organologie (étude des instruments de musique). et l’entomologie (étude des insectes). Trois sessions d'ateliers-médiation, sous la forme de performances in situ (en mai, juillet et août) permettront au public d'assister à l'élaboration d’une nouvelle créature.

Enfin, trois vidéos de Lara Laigneau viennent ponctuer l’exposition à travers :

  • un clip en musique montrant les étapes de fabrication de sculptures d’insectes visibles dans l’exposition
  • un film sur le projet Anima (ex) musica vu par ses trois créateurs
  • un film ludique sous la forme de questions-réponses pour répondre aux interrogations fréquemment posées par le public

Donner de la visibilité à un monde invisible : celui de l'insecte, en raison de sa petitesse, et celui de la mécanique cachée des instruments de musique

Des installations à ne pas manquer

Corps

Cornet à vent : cette installation, consacrée aux instruments à vent, est composée de plusieurs dizaines d'instruments suspendus et assemblés en forme de cornet géant. Elle est accompagnée de pupitres permettant au public de produire et d'écouter les sons de l'écoulement de l'air, autrement dit du vent, créés spécialement pour l’exposition par David Chalmin, à l’instar des deux autres installations.

Sphère de percussions : une installation consacrée aux percussions comprenant un pupitre permettant de déclencher des sons. Ici, l’installation sonore permet au public d'évoquer la résonance du sol et le rythme des pas sur la terre.

Forêt de cordes : une installation consacrée aux instruments à cordes sous la forme d'une forêt d'instruments rappelant le bois dont ils sont composés. La composition comporte des dizaines d'instruments allant de l'alto à la contrebasse en passant par le violoncelle.

Corps
Le château de nuit.

Visite nocturne le samedi 28 mai

Lors de la Nuit au château, le samedi 28 mai, le public pourra découvrir ces insectes géants au cours d’une visite nocturne entre 20 h et 23 h, en compagnie de deux de leurs créateurs, Mathieu Desailly et Vincent Gadras.

Corps

Duo Thomas Hopkins - Jean-Luc Thomas le 17 juillet

Musiciens

Au programme des événements de la saison, le duo flûte / percussions de Jean-Luc Thomas et David Hopkins régalera les oreilles d'un large public, le dimanche 17 juillet à 16h30, dans le cadre de l'évènement In Situ. Le flûtiste breton Jean-Luc Thomas et le percussionniste irlandais David Hopkins, dit "Hopi", ne se rappellent plus vraiment le moment où ils se sont rencontrés et ont commencé à jouer de la musique ensemble. Sans doute lors d’une session autour d’une bonne pinte !Depuis, ils ont partagé la scène en France, Angleterre, Italie, Suisse et Pologne. Les deux musiciens ont une passion et un amour pour de nombreuses musiques populaires. Il en résulte un mélange entre leurs traditions respectives et de rencontres parfois bien loin de leurs frontières "celtiques".Collectionneur passionné, Hopi possède une incroyable et légendaire collection d’instruments (plus de 500, à percussion, vent et cordes), dont certaines pièces sont actuellement exposées à La Roche-Jagu.

Dimanche 17 juillet, à 16 h 30. Gratuit, sans réservation.

 

Corps

Conférences, ateliers et projections

  • Ateliers-performances avec Mathieu Desailly et Vincent Gadras : du 24 au 28 mai ; du 5 au 9 juillet ; du 23 au 27 août
  • Conférences : 14 mai, 2 juillet
  • Conférence insolite : 15 mai
  • Ateliers : 21 mai, 11 juin, 19 juin, 25 juin, 19 juillet, 11 août, 25 août, 10 septembre, 24 septembre
  • Projections : 13 août, 20 août, 27 août
  • Spectacles, concerts : 9 et 10 juillet, 17 juillet
  • Contes : 4 septembre

Contacts

Domaine départemental de la Roche-Jagu
22260 Ploëzal

Infos. pratiques

7 mai au 2 octobre : de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h | En juillet et août : de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h