Sortir

Mois du doc : 73 films dans 40 lieux des Côtes d'Armor

Publié le 29 octobre 2019
Mois du Doc
73 films, 40 lieux de diffusion, et 120 séances aux quatre coins des Côtes d'Armor. La 20e édition du Mois du film documentaire, portée par le Département, s’annonce passionnante. Prévu jusqu’au 1er décembre, l'événement est coordonné par l’association Ty Films de Mellionnec.
Corps

Voilà 20 ans que Le Mois du film documentaire s'installe partout en Côtes d'Armor, au plus près des habitants, pour proposer une programmation de films documentaires. « L’un des objectifs est de pouvoir rencontrer les réalisateurs et découvrir les métiers du cinéma », annonce Thierry Simelière, vice-président du département en charge de la culture et du patrimoine. Au total, quarantaine de structures vont accueillir les projections, que ce soit des associations, bibliothèques, cinémas, foyer de jeunes travailleurs, mairies, cafés ou encore des lycées.
Pas de fil rouge thématique, mais plutôt « la vie dans toute sa diversité », souligne Thierry Simelière.

Maxime Moriceau, coordonateur du Mois du doc en Côtes d'Armor, et Thierry Simelière, vice-président du Département en charge de la culture, lors de la présentation à la presse de la manifestation.
Maxime Moriceau, coordonateur du Mois du doc en Côtes d'Armor, et Thierry Simelière, vice-président du Département en charge de la culture, lors de la présentation à la presse de la manifestation.

Trois coups de cœur

Parmi les coups de cœur de Maxime Moriceau, coordonnateur de l’association Ty Films, citons « L’époque » de Matthieu Bareyre. « Une galerie de jeunes que le réalisateur a suivi au cœur de la nuit et de la fête, entre 2015 et 2017 ». Dans cette traversée, on plonge dans leurs rêves, leurs cauchemars, dans leurs ivresses, leur ennui, leurs larmes, leurs désirs ou encore leur avenir.

Maxime Moriceau recommande également « Les corps soignants » de Liza Le Tonquer. « Une sorte de huis clos dans un hôpital qui raconte comment l’hypnose aide les patients et les personnels à supporter leurs difficiles conditions de travail ». Malgré les manques de moyens, le film montre avec justesse comment les personnels tentent par leurs petites actions de ré-humaniser l’hôpital.

Autre film à ne pas manquer, « Cœur de Pierre », un documentaire qui a été tourné pendant plus de huit ans, par Claire Billet et Olivier Jobard. Les deux réalisateurs ont suivi Ghorban, un jeune Afghan, arrivé seul en France à l’âge de 12 ans. Le documentaire raconte le parcours du combattant de cet enfant au vécu d'adulte, qui tente d'apprivoiser les cauchemars d'un passé fait d'abandons et de pauvreté...

Coeur de pierre
Coeur de pierre, à voir à Saint-Brieuc, Callac, Plouguenast et Châtelaudren