Sortir

Sept prisons dans le viseur d'un photographe

Publié le 29 juin 2020
Photo : Maxence Rifflet
Maxence Rifflet a photographié l’univers de sept prisons françaises, entre 2016 et 2018. Un travail, réalisé avec les prisonniers, qui nous offre une autre vision de l’enfermement. A voir jusqu’au 6 septembre, dans le centre d’art GwinZegal.
Corps

Pendant deux ans, de  2016 à 2018, Maxence Rifflet a pu pénétrer et photographier l'univers de sept prisons françaises. Son travail est rassemblé au cœur d'une exposition intitulée Le grand ordonnateur et autres nouvelles des prisons, proposée jusqu'au 6 septembre au centre d’art GwinZegal.

Les détenus acteurs du projet

Un travail guidé par deux fils conducteurs. Le photographe a pris le parti d’aborder la réalité de la vie carcérale et de l'enfermement, à travers la relation des corps avec l'architecture singulière des prisons. Le deuxième fil conducteur, c’est la démarche du photographe pendant le projet. Durant deux ans, il a en effet travaillé en relation étroite avec les détenus, à travers plusieurs ateliers photographiques. L’exposition nous donne à voir son travail avec Ange, Julien, Lucile ou encore Jacques, autant de détenus qui ont eu l’occasion pour un temps d’être les acteurs et actrices d’une démarche artistique sensible sur leur enfermement.

Une ancienne prison pour décor

Le travail de Maxence Rifflet résonne tout particulièrement avec le lieu dans lequel il est exposé, puisque le centre d’art GwinZegal est installé dans l’ancienne prison de Guingamp qui fut l’une des premières prisons cellulaires en France.

Maxence Rifflet
Photos : Maxence Rifflet

Infos pratiques
Ouvert du mercredi au dimanche, de 14 h à 18 h 30 / Entrée libre
En dehors de ces horaires, des visites gratuites sont organisées pour les groupes en contactant au préalable le centre d’art GwinZegal.
Tél. 02 96 44 27 78 / mail : info@gwinzegal.com

 

22 juillet : rencontre autour de l'exposition

Le centre d'art GwinZegal propose une rencontre avec le photographe Maxence Rifflet et Jean-François Chevrier, historien d'art et critique d’art, autour de l’exposition Le grand ordonnateur et autres nouvelles des prisons.
Historien de l’art, critique et commissaire d’expositions, Jean-François Chevrier a été professeur aux Beaux-arts de Paris de 1988 à 2019, où il anima pendant quinze ans un séminaire-forum qui donna lieu en 2001 à l’exposition Des territoires. Il envisage la photographie dans sa relation à l’art moderne (« entre les beaux-arts et les médias ») et n’a jamais dissocié l’histoire de l’art de la littérature et de la poésie. Il accompagne le travail d’artistes très divers – peintres, photographes, architectes…

Infos pratiques
22 juillet à 18h30, Théâtre du Champ au Roy à Guingamp. Entrée libre.
Il sera également possible de visiter l’exposition avant et après la conférence.
Les spectateurs seront largement espacés dans le théâtre de manière à éviter les risques sanitaires, en conséquence, nous vous demandons de réserver votre place en avance.
Réservation par téléphone au 02 96 44 27 78 ou par mail : info@​gwinzegal.​com