Sport

La boxe pieds-poings lui va si bien

Publié le 11 juillet 2018
Natacha Lubin, championne de France de kick light
Licenciée au KFB Boxing club de Saint-Brieuc, Natacha Lubin a été couronnée championne de France de kick light au printemps dernier. Photo : Thierry Jeandot
Pour son retour à la compétition après une longue parenthèse sans boxer, Natacha Lubin est devenue championne de France de kick light. Cette jeune mère de famille savoure son premier titre national et cible déjà d’autres objectifs.
Corps

Un jour, une de ses copines du lycée Rabelais lui fait découvrir le kick-boxing dans un club du quartier Sainte-Thérèse à Saint-Brieuc. « J’ai tout de suite aimé ce sport et l’ambiance de la salle d’entraînement ». Natacha Lubin n’a que 16 ans lorsqu’elle débute dans ce milieu, alors très masculin, de la boxe pieds-poings. « Quand on est adolescente, on n’est pas forcément à l’aise avec son corps et son image. Le kick m’a fait du bien. Il m’a surtout permis de prendre de l’assurance, d’acquérir de la confiance en moi ». Natacha Lubin n’a jamais oublié ses premiers pas dans une discipline qui a forgé sa personnalité. À son retour dans les Côtes d’Armor après un long séjour à Paris, elle a remis les gants dans le club de ses débuts. À 35 ans, cette jeune maman de quatre enfants a osé remonter sur un ring qui l’a toujours inspirée. Tant et si bien qu’au terme d’une saison de reprise et plus de quinze ans sans boxer, elle est devenue championne de France de kick light dans la catégorie des plusde 70 kg. Sacrée performance !

« C'est beaucoup de sacrifices »

Corps

« J’en suis fière et très heureuse », lâche la boxeuse, d’habitude si modeste. « J’ai beaucoup travaillé pour obtenir ce titre. Coucher les enfants après le repas, enchaîner avec le ménage et s’entraîner à bloc de 22 h à minuit, seule face au sac de frappe dans le garage. Ne pas manger le midi et aller s’entraîner, c’est beaucoup de sacrifices ». D’autant que la passionnée travaille à temps plein en tant qu’assistante qualité dans l’entreprise Vital Concept à Loudéac. « Je suis assise une bonne partie de la journée. Je passe d’un dossier à l’autre toutes les trois ou quatre minutes, je gère les réclamations et énormément de demandes chaque jour. C’est un travail très prenant qui demande des efforts sur le plan mental. A un moment, on a besoin d’évacuer, de se défouler. Le kick-boxing permet de se vider la tête. Pour les personnes hyper actives, stressées ou déprimées, ça apporte un équilibre ».

Entraînement intensif chaque semaine

Corps

Son équilibre repose sur l’entraînement intensif qu’elle s’impose chaque semaine. « Pour être performante sur les deux tableaux, il lui faut beaucoup de volonté, complimente Patrick Lepinay, son entraîneur. Natacha est un exemple à suivre. C’est une bosseuse ! » Une boxeuse qui n’a pas envie de s’arrêter en si bon chemin. « En 2019, j’espère confirmer avec un nouveau titre en kick light. La technique, je la maîtrise mais je dois encore progresser sur le plan de la stratégie et au niveau cardio », indique la jeune femme de La Motte qui envisage de tenter son chance en K1 dès la saison prochaine. « Quand je me fixe des objectifs, je m’investis à fond et je me donne les moyens de réussir. J’adore le kick ! » Tout autant qu’à ses débuts.
 

Article issu du n°
164
de Côtes d’Armor magazine

Découvrir cette édition