Routes et mobilités

Routes départementales : une technique de réfection plus écologique

Publié le 15 juin 2022
Le chantier de la RD 787, sur la commune de Pont-Melvez, conduit par l'entreprise Colas, sous la maîtrise d'oeuvre du Département.
Le chantier de la RD 787, sur la commune de Pont-Melvez, conduit par l'entreprise Colas, sous la maîtrise d'oeuvre du Département.
Du neuf côté réfection des routes départementales : trois portions de routes, la RD 7 à Lanfains, la RD 44 à Ploeuc-L’Hermitage, et la RD 787 à Pont-Melvez, vont bénéficier d’une nouvelle technique, plus écologique, qui permet de réutiliser les matériaux du revêtement à remplacer. Focus sur le chantier routier de la RD 787, d’un montant de 229 300 €, financé à 100 % par le Département.
Corps

Programmés dans le cadre de la politique départementale d’amélioration et de maintien de la qualité du réseau routier départemental, des travaux de réfection de la couche de roulement sont en cours sur la section de la RD 787 comprise entre les lieux-dits Moulin Rédou et Les Quatre Vents, d’une longueur de 1200 mètres.

Sur ce chantier, comme sur celui de la RD 7 à Lanfains et de la RD 44 à Pleuc-L’Hermitage, le Département a fait le choix d’une technique innovante, mise en œuvre par l’entreprise Colas. « Il s’agit  d’un retraitement en place des matériaux, avec adjonction d’émulsion de bitume, composée à 40 % d’eau, explique Samuel Veillard, responsable de l’agence Colas à Guingamp. Cette première phase est suivie quelques semaines plus tard de la réalisation d’une couche de roulement mince en béton bitumeux à émulsion (BBE) ».

Christian Coail, président du Département, André Coënt, vice-président du Département délégué aux Infrastructures et aux Mobilités douces, Béatrice Le Couster, conseillère départementale du canton de Callac, Marie-Thérèse Scollan, maire de Pont-Melvez, aux côtés de l'entreprise Colas et des agents départementaux des routes.
Christian Coail, président du Département, André Coënt, vice-président du Département délégué aux Infrastructures et aux Mobilités douces, Béatrice Le Couster, conseillère départementale du canton de Callac, Marie-Thérèse Scollan, maire de Pont-Melvez, aux côtés de l'entreprise Colas et des agents départementaux des routes, lors de la visite de chantier du 14 juin.

Un investissement en machines de 2 M€ pour l'entreprise Colas

L’utilisation de cette technique ne peut pas être mise en place sur tous les types de chaussées. « Pour retraiter les matériaux en place, la chaussée doit disposer d’un gisement de 6 cm minimum. Sans cela, notre machine ne peut pas raboter les matériaux », indique Norbert Cherraud, patron du petit laboratoire Colas. Concrètement, une première machine rabote les 6 cm de matériaux de la chaussée en place, puis les rejette sur la chaussée. Puis une autre machine, le finisseur, récupère le cordon de matériaux produits par la raboteuse. Enfin, une dernière machine, le cylindre, compacte les matériaux. Une technique qui a nécessité pour l’entreprise Colas un investissement très important, avec l’achat de « machines plus puissantes et plus puissantes, d’un montant de 2 million d’euros », complète Samuel Colas.

Le finisseur de l'entreprise Colas dépose les matériaux produits par la raboteuse.
Le finisseur de l'entreprise Colas dépose les matériaux produits par la raboteuse.

« Nous valorisons les ressources du Département et donc notre patrimoine routier »

Cette technique présente un fort intérêt environnemental. En premier lieu, les deux mélanges se font avec un liant basse température (environ 70°C) et leur fabrication demande donc moins d’énergie. « En comparaison, un enrobé à chaud classique se fabrique en centrale à des températures dépassant les 180°C, d’où une très forte demande énergétique », précise André Coënt, vice-président du Département délégué aux Infrastructures et aux mobilités douces. « En utilisant les matériaux en place, nous valorisons les ressources du Département et donc notre patrimoine routier, poursuit Christian Coail, président du Département. Ce sont ainsi 1300 tonnes de matériaux qui ne sont pas prélevés en carrière, évitant les transports vers la centrale puis vers le chantier ».

La fin du chantier de la RD 787 est prévue pour le 22 juillet, avec une pause du 18 juin au 11 juillet, pendant laquelle les automobilistes pourront emprunter cet axe.
La fin du chantier de la RD 787 est prévue pour le 22 juillet, avec une pause du 18 juin au 11 juillet, pendant laquelle les automobilistes pourront emprunter cet axe.

Phasage du chantier routier sur la RD 787

Du 13 au 17 juin 2022 : retraitement en place des liants hydrocarbonés du corps de chaussée existant.
Du 11 au 22 juillet 2022 : mise en oeuvre de la couche de roulement définitive en enrobé.

Pendant la durée de ces travaux, la section concernée sera fermée à la circulation. Les usagers de la route seront invités à emprunter les itinéraires de déviation mis en place. Cet axe routier supporte une circulation journalière de 4350 véhicules dont 552 poids lourds.

 

Déviation mise en place du 13 au 17 juin et du 11 au 22 juillet

Deviation RD 787
Deviation RD 787

Les chantiers routiers du Département

Le Département intervient en permanence pour préserver et améliorer un réseau routier départemental constitué de 4 600 kilomètres dont bénéficient quotidiennement les Costarmoricains. Ces chantiers sont essentiels au maintien de la bonne qualité du réseau routier départemental. Ils participent à la sécurisation des voies afin d’offrir aux usagers des routes et des trajets plus sûrs.