Culture

Art Rock : un festival au top

Publié le 11 juin 2019
Parce qu'il faut bien une fin, la 36è édition Art Rock a baissé le rideau dimanche, laissant des souvenirs remuants et encore tout frais dans les esprits des milliers de festivaliers venus fouler le bitume briochin. En toute subjectivité, voici notre sélection...
Corps

1) Angèle et sa pop électro acidulée. La chanteuse belge a transporté ses milliers de fans au fil de mélodies savoureuses où, le temps de quelques notes de piano, transparaissent ses influences soul. Accompagnée de ses quatre danseuses et de ses deux musiciens, Angèle a offert du haut de ses 23 ans un spectacle d'une étonnante maturité.

2) La transe envoûtante du collectif BCUC. Mention spéciale pour l' « africangungungu » du collectif BCUC, ou la rencontre de la musique traditionnelle sud-africaine avec différents courants musicaux tel le hiphop, le funk ou la soul. De l'afro-psychédélique qui, implacablement, réveille vos instincts primitifs pour vous faire bouger au rythme d'une musique envoûtante... Le public présent devant la grande scène n'a bien évidemment pu résister à cette transe concoctée par l'énergique Bantu Continua Uhuru Consciousness de Soweto. Un groupe à voir absolument en live !

BCUC
Photo : Thierry Jeandot

3) Les délicieuses pauses Rock'n'Toques
Depuis 12 ans, qu'il fait bon venir déguster un plat d'exception sur le village du festival en savourant les concerts des musiciens du métro ! Au total, 20 maisons, et une centaine de personnes se sont affairées du matin au soir pendant trois jours pour régaler quelque 16 000 festivaliers. Une vraie prouesse, le tout dans une ambiance conviviale et colorée !

4) La performance explosive d'Aloïse Sauvage
Après les Transmusicales 2018 où elle a retourné le public, la jeune artiste, actrice, chanteuse, danseuse, circassienne a fait sensation samedi soir sur la scène B.  Aloïse Sauvage a offert une performance énergique, fiévreuse et aérienne. La tornade sauvage saute, vole, virevolte,  se plie et se tord dans tous les sens tout en livrant des textes percutants et profonds. Un mélange explosif !

5) La déambulation des monstres de la compagnie Close Act
Il y avait foule dimanche dans les rues briochines, une foule immense, familiale, bigarrée, pour suivre la déambulation des Saurus, ces mystérieuses créatures géantes qui n'aimaient rien moins que se faire caresser le museau avant de claquer d'un geste sec. Une lente et impressionnante déambulation combinant théâtre, échasses, musique, feu et danse.

Photo : Bruno Torrubia
Photo : Bruno Torrubia

6) Les rues nocturnes survoltées
Art Rock n'a décidément pas volé son titre de meilleur festival urbain. Et ce ne sont ni les bars du Art bist'Rock, ni les festivaliers qui diront le contraire, eux qui ont transformé Saint-Brieuc en une formidable fête géante, bravant la vilaine météo le temps d'un week-end qui n'aura cessé de chanter et danser sous la pluie...

7) La performance musicale et lumineuse de SebastiAn, un artiste du prolifique label électro français Ed Banger Records qui a clôturé la grande scène samedi soir. Son set énergique a emporté le public de Poulain Corbion au rythme de basses puissantes teintés de funk. Un digne représentant de la "french touch" !

8) L'espace lounge du Département, pour ses pauses détente entre les concerts, pour ses projections végétales et colorées sur les murs de la cour, et pour sa borne photo qui a fait la joie  de centaines de festivaliers repartis avec leur photo-souvenir déjantée ! Mention spéciale pour l'opération conduite par le Département, qui a accueilli samedi des jeunes en situation de handicap du centre hélio-marin de Plérin. Une après-midi riche en émotion, entre l'inauguration officielle, le déjeuner Rock'n'Toques ou encore la rencontre avec Voyou !

La cour du Département
Photo : Thierry Jeandot

9) Les bouillonnants Touts
Le trio nord- irlandais a enflammé le forum samedi soir à grands coups de riffs cinglants, transformant la salle en un gigantesque pogo . Dans la lignée des groupes punk britanniques des années 80, les bouillonnants Touts ont enchaîné les morceaux fougueux. Les hymnes scandés par ses jeunes ébouriffés et teigneux se sont fracassés sur un public bien énervé. Digne des plus grands soirs au Forum.

10) Les service de sécurité et les secours pour leur vigilance et leur boulot discret et indispensable, assurant dans le sourire la bonne tenue du festival !

 

Corps