Culture

Didier Ahadji – Regard sur le Togo à la Roche Jagu

Publié le 16 octobre 2020
Des sculptures métalliques de l’artiste togolais Didier Ahadji originaire de Lomé, sont présentées au Domaine départemental de la Roche-Jagu.

Didier Ahadji, sculpteur et chroniqueur togolais

Corps

Né à Vogan au Togo en 1970, Didier Ahadji exprime très tôt un goût et un talent pour la sculpture. Autodidacte, il sculpte le métal récupéré sur des voitures pour les métamorphoser en oeuvres d’art. A 24 ans, il décide de devenir artiste soudeur : ses matériaux de prédilection récupérés dans la rue, sont métamorphosés après de fastidieuses opérations de découpage, assemblage, soudure et peinture. De ses doigts naissent de multiples créations colorées, figuratives, souvent joyeuses, évoquant des scènes quotidiennes togolaises (marchands ambulants, travail des enfants, soins du corps etc.) mais aussi du monde de la mode et du wax, ces « tissus africains » aux couleurs chatoyantes et aux motifs variés. L’exposition présente une quarantaine de pièces issues de la collection privée de Jean-Yves Augel, collectionneur d'art africain depuis une vingtaine d'années, et de la galerie Vallois à Paris.

Ses créations métalliques hyperréalistes représentent un quotidien entre traditions et modernité. À l’instar des peintres africains dits « populaires » Didier Ahadji se fait reporter et portraitiste. Habitué depuis sa petite enfance à trouver l’inspiration dans son environnement proche, il capte sur le vif et immortalise avec un sens profond du détail des scènes de vie d’un saisissant réalisme : l’atmosphère colorée des marchés, les musiciens, la famille, les enfants, les divinités protectrices, les cultes traditionnels, la maternité, la scolarité, le sport et les loisirs, la mode…

Souvent joyeuses au premier abord, ses sculptures figuratives à la touche délicate étonnent et séduisent. Cependant, derrière l’humour et l’apparente légèreté, elles peuvent éveiller et interpeller les consciences. Ses oeuvres dénoncent à leur manière les maux et infortunes dont souffrent au quotidien les togolais : la pauvreté, la grande précarité et la pénibilité des petits métiers, le travail des enfants, les injustices sociales, le système de santé défaillant, les dangers de la circulation.

Du 17 octobre au 3 janvier 2021 tous les jours de 14h à 17h30
Tarif plein 4 € / tarif réduit : 3€
Carnet de jeux pour enfant disponible à l’accueil du château

 

 

Contacts

Domaine départemental de la Roche Jagu
22 260 Ploëzal