Culture

Douce France. Des musiques de l'exil aux cultures urbaines

Publié le 15 septembre 2021
aff_douscefrance
A partir du 18 septembre à Guingamp, à l’Inseac et à l’espace François-Mitterrand, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) présente « Douce France. Des musiques de l’exil aux cultures urbaines », une exposition dédiée au métissage culturel, autour de la personnalité de Rachid Taha
Corps

Pionnier du rock arabe, chanteur et musicien de renommée internationale, Rachid Taha est le symbole d'une l’intégration métissée et joyeuse. Par ses engagements contre le racisme et les discrimination, mais aussi par la richesse de ses expériences musicales, il a ouvert la voie à toute une galaxie d’artistes qui incarnent aujourd’hui le talent et la créativité française. A travers les grandes séquences de sa carrière, l'exposition revisite l’histoire de l’immigration maghrébine en France et l'émergence de cette jeunesse issue de l’immigration.

L’aventure démarre dans les années 60 où l’on écoute les chansons de l’exil dans des cabarets orientaux ou des cafés immigrés. Les années 70 marquent un tournant, dans le sillage des mobilisations pour l’égalité, avec l’arrivée d’une génération d’artistes engagés qui sortent de l’invisibilité et accèdent à l’espace médiatique. Dans les années 80, la jeunesse « Beur is beautiful » se trouve à l’avant-garde culturelle tandis que les années 90 voient l’émergence de la culture des « banlieues » et l’avènement d’une France Black Blanc Beur. À partir des années 2000, alors que les enfants de l’immigration sont désormais pleinement impliqués dans la vie de la nation, l'heure est à la promotion d’une France multiculturelle. Mêlant vidéos, photos, affiches, objets, enregistrements audio, archives publiques et privées, le parcours se termine par un « karaoké du bled » où les visiteurs sont invités à chanter en français, en arable ou en kabyle, les succès de notre patrimoine musical.

L'ancienne prison de Guingamp

Deux lieux classés Monuments Historiques

Corps

L’exposition « Douce France » est présentée à partir du 18 septembre 2021 à Guingamp dans deux lieux voisins, l’Inseac et l’espace François Mitterrand. Le bâtiment de l'ancienne prison classé Monument historique, a été entièrement rénové pour accueillir l’Inseac, institut appelé à structurer au niveau national la formation et la recherche dans le domaine de l’éducation artistique et culturelle. L’espace François-Mitterrand est situé dans l'ancienne chapelle du couvent des Augustines hospitalières, également classée Monument historique et transformée en salle d'exposition. Cette première étape accueille aussi un espace consacré au chanteur algérien d’origine kabyle Idir qui a noué des liens forts tout au long de sa carrière avec des musiciens bretons autour de créations mêlant musiques berbère et celtique.
Autour de l’exposition, le Théâtre du Champ au Roy propose en ouverture un concert de Mademoiselle, Sofiane Saidi, Rodolphe Burger et Mehdi Haddab, le 21 septembre 2021 à 20h30 ainsi qu’une rencontre avec l’historien Benjamin Stora le 28 septembre 2021 à 20h30.

L'ancien couvent des Ursulines

Contacts

Prison de Guingamp
4 rue Auguste Pavie
22200 GUINGAMP

Infos. pratiques

Gratuit
Tout public
Pass sanitaire ou un test PCR négatif obligatoire.